On a beau dire mais ça fait plaisir de triompher sur ses terres. A plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une course au maillot bleu à fleurs de lys. Heureux, Eric Leblacher l’était dimanche et il y avait de quoi…
«[i]Je suis très content d’avoir décroché ce titre, glisse-t-il en guise de préambule. D’autant que ça n’a pas été facile d’aller le chercher. D’ailleurs, après 40 km de course, j’ai failli m’arrêter. Je n’avais aucune sensation. J’étais mal. Et puis, je me suis fait violence en revenant sur le groupe de tête. Ça commençait déjà à aller mieux. Et, à une quarantaine de bornes de l’arrivée, j’ai commencé à penser que cette course était pour moi! Il faut vous dire que, chez moi le mental vaut pour 60 % et la préparation pour 40 %. J’y ai cru de plus en plus. Surtout lorsque je me suis retrouvé devant avec Alban Delourm. On se connaît sur le bout des doigts de pied! Je préférais de beaucoup être avec lui qu’avec Broggio ou Hilario. Avec eux, ça aurait été une autre affaire… [/i]»

[b]Un effort imparable [/b]

Après avoir finement manoeuvré l’ex-chef de file de l’ESC Meaux devait « aligner» imparablement son ultime adversaire en portant son effort à 40 m de la ligne. Mais, pour ce tandem d’attaquants, il était grand temps car ils avaient leurs poursuivants sur les talons…
Côté seine-et-marnais, seuls Hilario et Broggio (Sénart-Combs) étaieI parvenus à se glisser dans le groupe de seize coureurs qui devaient tenir le devant de la scène. Mais, malheureusement pour eux, ils furent victimes d’une chute provoquée sur une route glissante, ce qui les empêcha de participer au final. Leurs 7ème (Broggio) et 10ème (Hilario) places ne correspondait absolument pas à leurs possibilités réelles. Mais, à vélo, il faut aussi avoir de la chance sans elle même Leblacher n’aurait sans doute pas triomphé…

[img]../photos_articles/2-1.jpg[/img]

(1999-00-00)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *